Picture
Picture
Picture

Et plus loin :
          Et que dans tes vieux jours te comble le destin.
          Mon cher Cougourdet Baptistin ! "
Les Baptistin Cougourdet et les Courgoudet Baptistin alternèrent si gentiment que ce fut un triomphe. Un immense bouquet comme on en met sur les corbillards des grands personnages fut ensuite offert à M. Cougourdet. Il se leva, ne put d'abord ouvrir la bouche tant il était ému. Mais, bientôt, contenant son émotion, il dit avec quel serrement de cur il quittait une administration où il n'avait trouvé que des subordonnés dévoués et des chefs pleins d'aménité. Un tonnerre d'applaudissements avait accueilli ces paroles si bien senties. Cette réunion intime s'était terminée par un brillant concert organisé au pied levé, car les talents ne manquaient pas dans l'assistance.
Ainsi, comme dans une apothéose, M. Cougourdet Baptistin passa de l'état de vieux fonctionnaire à celui de jeune retraité.

Chapitre 2
Ses premières promenades d'homme libre furent pour le Mourillon aux blanches villas maritimes, pour le Cap Brun aux roches à pic comme sanglantes sous le soleil, pour les Sablettes évocatrices de plages normandes mais avec de l'azur par-dessus. Là, en face de l'horizon méditerranéen coupant deux infinis, dans les matinées splendides où la mer et le ciel sont immobiles, M. Cougourdet, assis sur un rocher, goûta le bonheur de demeurer de longs moments dans un repos absolu : l'esprit exempt de calcul, l'âme au calme plat, le corps sans mouvement. Cet état présentait un si vif contraste avec ses trente années d'activité, que, pendant des semaines, il ne désira rien autre au monde.
Puis, la contemplation des choses inactives lui parut, avec raison, assez monotone. Peu à peu, il délaissa le voisinage de la mer pour rechercher la compagnie des collines qui entourent la ville de leur ceinture de pinèdes. Il dirigea ses promenades du côté des verdures valettoises ou vers les restanques ollioulaises.
 

Picture

2/4

Picture